• post 542

    Fauchés

     

     

    Après l'oncle, le beau frère, la mère voilà le tour du beau père.

    La faucheuse n'y va pas de main morte. Si je peux dire.

    SALOPE !

     

    Une seule chose que j'ai apprise : il faut aller au bout, tout au bout de son chagrin, pour que plus tard l'absence se transforme, petit à petit, en grande douceur.

    « post 541post 543 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :